Vikings et Indiens, vus par Hollywood. Pathfinder, de Marcus Nispel (2006). © Twentieth Century Fox

Selon une récente étude, une Amérindienne kidnappée par les Vikings pourrait être la première Américaine à avoir posé les pieds en Europe, il y a mille ans. C’est en analysant l’ADN de 80 Islandais que des chercheurs espagnols et islandais ont fait cette suprenante découverte. Ils ont retrouvé dans le patrimoine génétique de quatre familles islandaises un gène prouvant qu’ils ont un ancêtre «natif Américain», un Indien d'Amérique de la tribu des Skraelings. Si cette lignée ADN a traversé les siècles, c’est parce qu’elle est mitochondriale : le gène est transmis de femmes en femmes pendant des générations, sans aucune altération.
« Pour moi, l’hypothèse la plus probable est que les quatre familles islandaises dérivent d’une femme amérindienne amenée ici, cinq siècles avant le départ de Christophe Colomb », affirme le chercheur Carles Lalueza-Fox.
On sait que les Vikings ont posé le pied en Amérique du Nord vers 985, non loin de Terre-Neuve. On sait aussi que pendant leurs raids en Europe, les Hommes du Nord ne remportaient pas avec eux que de l’or ou des objets précieux, mais aussi des esclaves et des compagnes. En Islande, alors que les habitants mâles étaient majoritairement d’origine viking, la majorité des femmes étaient originaires des côtes d’Écosse et d’Irlande. Il n’est donc pas impossible qu’une Indienne ait traversé l’Atlantique vers l’Europe. Prise de guerre ? Rapt ? Histoire d’amour ? L’étude génétique ne permet pas de connaître la raison de ce voyage. N’empêche, le destin de cette femme dépasse les scénarios hollywoodiens les plus fous. Pour fonder une famille en Islande, cette Amérindienne a dû quitter les luxuriantes forêts de Terre-Neuve, naviguer vers l’Europe à bord d’un drakkar, et fonder une famille dans sa terre d’adoption, sans que rien n’ait jamais été écrit sur son existence et sur son histoire. Quarante générations plus tard, les tribus indiennes rencontrées par les Vikings en Amérique du Nord ont toutes disparu. Mais un peu de leurs gènes vit peut-être encore dans quelques maisons islandaises...