Au Moyen-Âge, les rois d’Angleterre passèrent plusieurs fois les fêtes de Noël dans leur duché de Normandie. En grande pompe, bien entendu. En 1418, le roi Henri V d'Angleterre, qui selon certains auteurs « alliait à la froide cruauté tous les dehors d’une méticuleuse bigoterie », assista aux fêtes de fin d’année dans le Bessin, à Bayeux, avant de repartir guerroyer à Cherbourg et à Rouen. D’une nature plus pacifiste et joyeuse, le roi Henri II (1133-1189) vint passer plusieurs fois Noël à Bayeux, en compagnie de l’évêque Philippe de Harcourt. Les deux hommes se connaissaient bien et le roi désirait sans doute admirer les travaux de restauration que le prélat avait entrepris sur la cathédrale. L’édifice avait été gravement endommagé pendant la guerre civile opposant les fils de Guillaume le Conquérant, dont Henri II était un arrière-petit-fils. Le roi, dit-on, fut émerveillé du soin apporté à la reconstruction et décida de rester quelques jours dans la région, en s’installant au château de Bures-le-Roy (ou Bur-le-Roi).
Un hall prestigieux aujourd'hui disparu
Ce château est à lui seul une formidable énigme : lui qui fut longtemps une résidence royale réputée disparut totalement de notre paysage. On oublia même l’endroit où il se situait, ce qui attira d’insatiables chercheurs de trésors. Quelques-uns furent trompés par la ressemblance entre Bur-le-Roy et Balleroy, mais durent reconnaître que la piste s’arrêtait là. Vers 1830, quelques historiens régionaux reprirent en main le flambeau des recherches, et proposèrent quelques hypothèses intéressantes.

Emplacement de l'ancien château du Bur, à Noron-la-Poterie

La lecture d’anciennes chartes médiévales les poussa à chercher du côté de Noron-la-Poterie et c’est là qu’ils découvrirent quelques maigres vestiges d’un château construit à la même époque que celui de Bayeux, lui aussi disparu. Idéalement situé au milieu des bois, près d’un cours d’eau, le château de Bur fut sans doute un palais royal important. À Noël comme à Pâques, Henri II venait y chasser et faire la fête. Un chroniqueur raconte qu'une année, le roi y a invité une assemblée si nombreuse que l’on dressa une table pour 110 chevaliers dans une des chambres du château ! Images-titre : La Nativité dans les "Heures à l'usage de Bayeux" de 1430. Image satellite : forteresses1066.canalblog.com