Tracteur vapeur de marque Fowler. Modèle 1900.

« La locomotive employée à Isigny était de la force de 8 chevaux, la charrue pesait 1551 kg », indique le compte-rendu de l’évènement. Des caractéristiques qui feraient sourire bon nombre de cultivateurs du XXIe siècle. La machine était pourtant attendue avec impatience par la foule massée dans un petit champ de quatre hectares, près d’Isigny-sur-Mer (Calvados), le mardi 10 janvier 1860. La Compagnie agricole des lais, relais, canalisations et dessèchements de l'Ouest n’avait reculé « devant aucune dépense pour faire venir la machine Fowler avec des hommes habitués à la faire fonctionner ». « Le système a fonctionné de la manière la plus satisfaisante, note le naturaliste Jules Morière. On ne pouvait se lasser d'admirer la simplicité merveilleuse de cet appareil automatique qui, par un seul mouvement de levier d'engrenage, s'avance parallèlement aux deux extrémités du champ, sans interrompre un seul instant le parcours de la quadruple charrue dont la besogne, rapide et parfaite à tous égards, excitait l'admiration des assistants. Les cultivateurs eux-mêmes, peu enclins de leur nature aux innovations, ne pouvaient s'empêcher de dire, d'un commun accord : il est impossible de faire mieux avec n'importe quelle charrue ».
Le déclin de méthodes utilisées depuis le Néolithique.
Aux yeux de tous, l’expérience « démontre que non-seulement le labourage à la vapeur est économique, mais encore que ce nouveau mode de travailler le sol triomphe facilement des difficultés que le laboureur peut rencontrer ». « Il n'est pas question de supprimer tous les chevaux, mais d'en remplacer un certain nombre par des chevaux-vapeur », assurent les organisateurs. Sept ans plus tard, le constructeur anglais de machines à vapeur Fowler, celui d’Isigny, présentait à l'Exposition universelle de Paris une machine polyvalente capable de déplacer les charrues et les herses et de remplacer les bêtes de somme. Les commandes se multiplièrent et son atelier devînt une véritable manufacture. L’ère des tracteurs à vapeur avait commencé. Ils seront bientôt dépassés par une nouvelle révolution, celle des tracteurs à moteur pétrole. La France en compte aujourd’hui plus d’1,2 million...