Daryl F. Zanuck sur le tournage du film à ...

Le réalisateur Daryl F. Zanuck sur le tournage du film, à Saint Mère Eglise

Tourné 17 ans après le Jour J, Le Jour le plus long, sert à beaucoup de leçon d’histoire. Mais c’est avant tout un film d’aventure, dans le plus pur style hollywoodien. Retour sur quelques jours pendant lesquels la Normandie devint le plus grand studio de cinéma au monde.

Le réalisateur, Darryl Francis Zanuck, a surtout choisi les lieux de tournage en fonction de leur caractère esthétique, pour les meilleures prises de vue possible.

Ainsi, par exemple, dans la scène de la prise du casino de Ouistreham par le commando Kieffer (les forces françaises du débarquement), le réalisateur a préféré tourner à Port-en-Bessin. Dans cette scène d’hommage au courage français, les Américains ont ainsi reconstitué un faux casino en décor sur le quai de la petite ville portuaire.

mettre légende

Des hommes du commando français dans le Port en Bessin transforme en Ouistreham du 6 juin 1944. Des traces de décors du tournage sont encore visibles aujourd’hui dans la ville, comme cette façade de maison où est écrit : « BAZAR DE OUISTREHAM »

mettre légende

Les studios de tournage n’ont pas hesité à faire intervenir des éléments de la ville dans le film. Comme par exemple, cette tour Vauban qui se fait pilonner.

mettre légende

Le casino de Ouistreham reconstitué par l’équipe de Daryl F. Zanuck, aujourd’hui disparu, avait demandé un travail digne du tournage de Cléopâtre.

Pour la scène du pont de Pegasus-Bridge, le film a été tourné sur le lieu même de l’événement, tout comme pour Sainte-Mère-Église. Dans cette scène du parachutage des soldas américains de la 82ème Airborne, la population a été totalement mise à contribution pendant plusieurs jours. Une foule immense assistait aux différentes scènes sur la place de la petite ville.

Une ville transformée en champ de bataille

Ce fut un tournage très difficile. Les acteurs chargés de jouer le rôle des parachutistes tombaient un peu partout, sauf aux endroits prévus. Des grues gigantesques furent alors indispensables pour poser les acteurs au bon endroit, au bon moment. La ville fut transformée en grand champ de bataille : rafales de mitrailleuses, faux morts et faux blessés dans les rues, incendies et fumées artificielles, véhicules en flammes. De quoi créer l’illusion du chaos du D-Day.

Tournage a Sainte-mère-Eglise

Tournage du film a Sainte-mère-Eglise

D’autres lieux furent pris en Normandie pour des scènes ne nécessitant pas forcément une localisation précise.

mettre légende

La célèbre maison bombardée par la marine alliée, reste aujourd’hui bien cachée, près de Sainte-Honorine-des-Pertes.

bunker

Le poste de direction de tirs situé a Longues-sur-Mer fut tres utilisé pour le tournage. Des canons, pourtant absents à l’époque, ont même été ajoutés pour toujours plus de spectacle.

La séquence traitant du débarquement d’Omaha Beach fut réalisée en Corse.
Près de 40 ans après le Jour le plus long, les studios américains ne se sont toujours pas décidés à utiliser la plage pour Il faut sauver le soldat Ryan. La production se serait vue refuser l’accès à la plage par la municipalité. Aucune scène du film ne fut tournée en Normandie, si ce n’est celle dans le cimetière de Colleville qui est un territoire américain.

Les Américains ne filment donc plus le Débarquement en Normandie. Dommage pour la production, qui aurait d’ailleurs pu profiter comme en 1962 de l’avis de nombreux Normands sur des détails de l’histoire. Et ainsi éviter, par exemple de mettre sur les scènes de combats à Omaha, les poteaux en bois à l’envers (détonateurs vers la mer plutôt que vers les terres) dès les premières scènes du film…

soldat ryan

Images tirées du film de Steven Spielberg, Il faut sauver le soldat Ryan, 1998.