Qu’est-ce qui distingue le prêtre du magicien ? « J’ai déjà remarqué, écrit l’historien bayeusain Frédéric Pluquet en 1830, que dans l’esprit du peuple les prêtres passaient facilement pour sorciers. Jadis tous ceux qui avaient quelques connaissances au-dessus du vulgaire étaient presque toujours soupçonnés de magie ».

C’est aussi ce que dit un vieux proverbe de la région de Bayeux :

« Prêtres et bergers, sont des sorciers ».

La limite entre religion et superstition est parfois ténue. Quelques contes populaires de Normandie illustrent ce rapport ambivalent aux hommes d’église, souvent admirés, parfois craints. Et comme dans bien des contes d’autrefois, quand on parle de Dieu, Satan n’est pas très loin…

Voici donc, en intégralité, l’histoire du Grimoire du curé, telle qu’elle a été «gravement racontée» par un Bayeusain à Frédéric Pluquet, vers 1830 :

« Un jour, un curé des environs de Bayeux qui entretenait un commerce assez suivi avec le diable oublia son grimoire sur sa table. Son domestique, garçon fort curieux, épiait depuis longtemps l’occasion d’ouvrir le livre mystérieux; sa curiosité était d’autant plus piquée que son maître lui avait défendu d’y toucher. Le voilà donc qui se met à feuilleter le grimoire et à en lire par-ci par-là quelques passages.

À peine avait-il prononcé je ne sais quel mot, que le diable se présente à lui sous la forme d’un grand homme noir, avec deux cornes, des yeux rouges et une bouche épouvantable, en lui disant d’une voix rauque: « que me veux-tu, impudent vaurien ? » Le domestique épouvanté, au lieu de répondre, chercha à s’enfuir ; mais du bout d’une de ses griffes le diable le prit par les cheveux, l’éleva comme une plume, et le tenant suspendu en l’air se disposait à l’emporter.

En ce moment le curé rentra chez lui, dit quelques mots au diable qui posa doucement le jeune homme par terre et disparut. Il faillit mourir des suites de la frayeur qu’il éprouva et promit bien de ne plus lire le grimoire. Quant au curé, il renferma soigneusement ses livres magiques sous la clef et continua de vivre en bonne intelligence avec Satan ».

Partager cet article