deng Qu'est venu faire le "petit timonier", futur chef suprême de la Chine, dans un petit collège du Calvados ? Retour sur un voyage et un voyageur hors du commun.

Deng Xiaoping à seize ans

C’est tout juste âgé de 16 ans que Deng Xiapoping s’embarque pour la France. Il veut travailler dans les fonderies de fer et ignore encore tout des réalités de l’usine. Son diplôme chinois en poche, Deng prend la mer le 11 septembre 1920, en quatrième classe. La traversée dure quarante jours et n’a rien d’une croisière d’agrément. Deng et ses camarades dorment dans la soute ou sur le pont du navire, enroulés dans leurs minces couchages. « La joie se lisait dans tous ces yeux bridés et intelligents », titre un journal marseillais à l’arrivée au port de la centaine de jeune chinois. Les étudiants se disent très heureux de voir la France, après «une excellente traversée».

pas plus de 19 francs par mois

18 heures de train plus tard voilà Deng à Paris où la Société d’éducation franco-chinoise répartit les élèves entre différents collèges. C’est à Bayeux, au lycée Alain Chartier, qu’est envoyé Deng Xiaoping et une vingtaine de camarades. Pendant cinq mois, jusqu’à fin mars 1921, il y poursuit les études débutées en Chine et s’initie à la vie française.

Peu de détails nous sont parvenus de sa vie à Bayeux mais on connaît précisément les dépenses qu’a effectué chacun des étudiants pendant son séjour. Les jeunes chinois dépensent entre 15 et 50 francs par mois en frais divers. Deng, lui, ne dépense pas plus de 19 francs. Loin d’être une faiblesse, cette frugalité est un atout car le prix des denrées alimentaires explose au cours de l’année 1919. La France de l’après-guerre voit le prix du kilo de riz multiplié par 5 en un an.

Malgré cela, les économies de Deng s’amenuisent, tout comme celles de la Société d’éducation qui ne peut plus financer les études de ses jeunes membres. Deng Xiaoping quitte donc Bayeux, avec son oncle et onze camarades sichuanais, pour entrer aux usines Schneider du Creusot, parangon de la grande industrie métallurgique. Le jeune intellectuel chinois n’oublia pas ces années passées en France. Elles nourrirent son militantisme, lui firent découvrir l’Occident et la vie ouvrière. Pieuse et bourgeoise, Bayeux aura donc accueilli, sans le savoir, l'un des plus célèbres marxistes de l'histoire !