En ce mois de septembre, c'est Côtis-Capel (1915-1986), le prêtre-marin d'Urville, qui nous offre un court poème sur la mouette, la maôve. Le mot patois prend un sens plus commun qu'en français. Il désigne aussi bien la Blanche rieuse que le fou de Bassan. " La Mâove ", tiré du recueil A gravage

J'i veu crouési les mâov's - ryin n'les but' ni l's ahoque -

En volyis jacassaunts, par eun diablle acachies,

A chent lues sus la mé, sauns eun' terr', sauns eun' roque.

Et quaund j'en trembllais-nun, ol en piaillaient d'pllaisi.