normandy village path

Une silhouette dans un village normand (Fritz Thaulow - 1895-1896 ).

Fallait-il des vers si mélancoliques au milieu de l'automne ? Nous osons pourtant vous les offrir. Gaston le Révérend fut poète et écrivain. Auteur d'une quarantaine de recueils, il est aujourd’hui presque oublié. Le grand spécialiste de la langue normande, Fernand Lechanteur, retrouva chez lui "la sagesse et le stoïcisme dans l’expression, qui caractérisent les paysans". Comme bien d'autres artistes normands de l'après-guerre (au premier rang desquels, Louis Beuve), Gaston le Révérend pleura les dégâts subis par sa terre pendant la Seconde guerre mondiale. C'est, tragiquement, cette tristesse qui lui inspira ses plus beaux vers.  
"L' abandonnée" J’les ai perdus à la guerre Et sous les bombardements. Ils n’ont point eu l’temps d’se rfaire : J’ seus resté sans ptits-enfants. C’est ben ça qui m’ désespère, Qu’i sey’ morts sans sacréments. Mais l’Seigneur, s’il est bon père, Leus a fait trois linceuls blancs. Qui pâtient’ apres leu mère, Sus terr’ pas mais ben ds ans, A s’ dém’ner pour qué saint Pierre Nous prenn’ tous quate en meinm’ temps.