Reconstitution pour le film Titanic de James Cameron de l'embarquement de passagers à Cherbourg en 1912

Reconstitution pour le film de James Cameron Titanic  de l’embarquement des passagers à Cherbourg en 1912.

Chef-d’oeuvre du Normand Renée Levavasseur, né à Vire en 1881, la gare maritime de Cherbourg accueille toujours les plus beaux paquebots du monde.

De son apogée avant la Seconde guerre mondiale à sa renaissance actuelle, retour en images sur le destin peu commun de « la plus belle gare transatlantique du monde », ainsi qu’elle fut saluée par le président de la République Albert Lebrun, le jour de son inauguration en 1933.

Titanic

L’unique photo à ce jour du Titanic en rade de Cherbourg le 12 avril 1912. À cette époque, la gare transatlantique pas encore sur pied et le port insuffisamment équipé pour l’accostage des navires, ce sont des navires transbordeurs, tel le Nomadic, qui emmenaient les passagers pour rejoindre les paquebots mouillés en rade. Ce dernier embarqua alors 274 passagers sur le Titanic, amarré dans la rade.

gare

Le projet de cette immense gare transatlantique commença au début des années 1930. Les grandes idées étaient notamment de doter la France d’une gare transatlantique digne de sa puissance, ou encore d’offrir d’excellents services à une clientèle internationale très riche devant passer par Cherbourg.

Un modèle d’organisation logistique avant la Seconde Guerre mondiale

campanile

Avec onze tours et un campanile de 67 mètres de haut ( plus que le premier étage de la tour Eiffel) la gare accueillait dans un style Art déco, les passagers, dans ses immenses salons aux grandes verrières illuminant le lieu de lumière.

voyageurs

Voyageurs prêts à se rendre dans les trains

cher

Ce fut le lieu d’arrivée en Europe de grandes personnalités comme Salvador Dali, Dwight Eisenhower ou encore Elisabeth Taylor.

 JUIN 1944, UN ÉDIFICE RAVAGÉ.

44

Le 23 juin 1944, l’armée allemande dynamite la gare maritime pour empêcher les alliés de disposer d’un port en eaux profondes. Le lieu n’est plus qu’un champ de ruines témoin d’un passé glorieux. De cette vue aérienne de l’édifice, on constate que le campanile et les quais ont été détruits par des charges explosives. Deux bunkers encadraient la gare et couvraient la rade avec des canons antiaériens  à leur sommet. À droite les Allemands ont bloqué l’entrée du port de commerce en coulant un bateau en travers de l’entrée.

1944

Autre vue de la gare transatlantique

ch3

De cette photographie prise probablement du fort du Roule, nous apercevons à gauche le Bassin du commerce. Au large, on aperçoit des Liberty Ships et le ballet incessant des DUKW vers les navires américains.

ch2

La gare transatlantique n’est plus qu’un champ de ruines.

campanile

Il ne restait plus que quelques structures. Le campanile dynamité par les Allemands gisant à droite de la photographie, ne sera jamais reconstruit.

LA RÉHABILITATION DE LA GARE, RETOUR SUR LES LIEUX.

cher1

Deux GI’s montent la garde à l’entrée de la gare transatlantique.

cher2

L’édifice accueille aujourd’hui la « Cité de la Mer » et a été remis en état.

cher3

Le bâtiment a été considérablement réhabilité mais sa fonction de transporter des passagers n’est plus.

gare

Le plus impressionnant du bâtiment à disparu mais la ligne architecturale est toujours là, une structure tout en longueur et destinée, aujourd’hui, par son parc scientifique, à donner le goût du grand large !