diana charles bayeux normandie tapisserie

En 1986, la ville de Bayeux organisait ses toutes premières fêtes médiévales. La même année, le Musée de la Tapisserie connaissait l’une des plus importantes modernisations de son histoire.

La « salle Mathilde » située entre la salle d’exposition (modernisée en 2007) et la salle de cinéma a toujours causé du souci aux responsables du musée bayeusain. Trop étroite pour accueillir des collections permanentes, elle laisse peu de possibilités d’aménagement.

Bien des projets avaient déjà été étudiés en 1986, l’un d’eux proposant même d’y installer un drakkar, mais aucun n’avait vraiment convaincu le conseil municipal. C’est finalement un éditeur régional qui eut la bonne idée d’y installer une grande carte en relief retraçant les étapes principales de la vie du Conquérant. La proposition fut d’autant plus chaleureusement accueillie que le temps pressait : le Prince Charles et son épouse la Princesse Diana étaient attendus à Bayeux l’année suivante.

diana charles tapisserie de bayeux

Une fois n’est pas coutume, les photographes ont été autorisés à utiliser le flash devant la fragile broderie…

 

En septembre 1987, le maire de la ville, Jean Le Carpentier, accueillait le couple princier devant l’Hôtel de Ville. Les invités royaux se rendirent ensuite, à pied, au Musée de la Tapisserie, sous un soleil radieux. Pour l’occasion, les rues et les bâtiments publics avaient été décorés aux couleurs de l’Angleterre.

 

Bayeux12

Le couple princier s’avança devant l’entrée du musée sous les applaudissements. Une foule d’écoliers costumés en chevaliers normands les y attendait. Fièrement coiffés de petits casques en papier aluminium et de boucliers en cartons, les enfants récitèrent quelques messages de bienvenue, dans un anglais qui, souligna la presse, a « étonné » le prince. Quand le maire eut terminé son discours, la Princesse de Galles dévoila une plaque commémorative.

Charles et Diana ne venaient pas les mains vides. Ils apportaient avec eux un magnifique fac-similé du célèbre Domesday Book, gigantesque inventaire de l’Angleterre réalisé pour Guillaume le Conquérant et terminé en 1086. Un beau cadeau, toujours visible dans une des vitrine du musée de la Tapisserie.