La "mangrove bayeusaine". Oui vous avez bien lu.

La "mangrove bayeusaine". Oui vous avez bien lu.

C’est « l’autre » Bayeux, celui de l’État brésilien de Paraíba, en Amérique du Sud. Un petit tour sur le site internet de la ville homonyme suffit pour être dépaysé.

Panneau d'entrée de ville de Bayeux (Paraíba)

La municipalité s'étend sur 32 km2, c’est cinq fois plus que la ville normande. Environ 60 % de ce territoire est constitué de mangroves. C’est en effet à Bayeux que prend fin une importante forêt tropicale humide. Les 95 000 habitants de la Bayeux sud-américaine profitent, en ce début du mois de juillet, d’une météo qui laisse songeur : de rares averses et rarement moins de 30°C en journée. Le potentiel touristique de la ville est donc important et la ville espère devenir une destination phare des éco-touristes du monde entier.
 Un hommage à la France

La région fut d’abord habitée par les Indiens Potiguara et Tabajara, avant que les colons ne s’établissent sur la côte, dans l’actuelle ville de Joao Pessoa qui jouxte Bayeux. Le petit village changea plusieurs fois de nom : Rue du Pont, Boa Vista puis Barreiros, en l’honneur de l'ingéniosité technique d’un industriel espagnol. Le décret-loi du 21 juin 1944 opta pour le nom du journaliste brésilien Assis Chateaubriand, figure mythique du rêve sud-américain.

Mais c’est finalement un autre symbole qui allait donner son nom au village brésilien. Dès 1944, le député fédéral Rui Carneiro opta pour le nom de Bayeux, rendant ainsi hommage à la première ville libérée de France. L’artère principale de la ville se nomme  d’ailleurs Avenue de la Liberté, toujours en hommage à la Libération de la France.

Le marché de Bayeux (Paraíba)

De nos jours, Bayeux jouit d’une solide réputation gastronomique et accueille régulièrement des troupes de théâtre, des courses de canoë et des compagnies de danse traditionnelle. L’évènement annuel le plus attendu est sans doute l’extraordinaire Festival du Crabe, qui s’ouvre fin août avec une course de voitures Coccinelle réunissant près de 200 véhicules. Vous pourrez y déguster une grande variété de plats à base de crabe, dont Bayeux produisit jusqu’à 115 tonnes par an : crabe à la noix de coco, cône au crabe, crabe au manioc, etc.

Un séjour là-bas vous tente ? Après tout, il n’y a jamais que 7070 km entre les flèches de la cathédrale de Bayeux, en Normandie, et le centre-ville de Bayeux, au Brésil.