Anne Frank, ses parents et sa grande soeur Margot entrent pour la première fois dans l’Annexe le 6 juillet 1942. Ce minuscule appartement clandestin leur servira d’unique refuge pendant plus de deux ans. Ils y sont bientôt rejoints par quatre autres personnes. Depuis ses treize ans, Anne Frank tient un journal personnel et y décrit sa vie de collégienne « normale ». Mais c’est au cours des longs mois de clandestinité que son journal prendra une importance vitale : « la chose la plus merveilleuse, et c’est déjà ça, c’est que je peux écrire tout ce que je ressens, sans cela j’étoufferais ». La majeure partie du journal est constituée de lettres à une amie imaginaire, Kitty, mais Anne s’essaye aussi à l’écriture de nouvelles et de «jolies phrases».

Le 9 juin 1944, trois jours après le débarquement de Normandie, Anne Frank prend la plume et décrit son enthousiasme: « Chère Kitty, le débarquement se déroule à merveille. Les Alliés ont pris Bayeux, un petit village sur la côte française, et se battent à présent pour s’emparer de Caen. Tous les soirs, les correspondants de guerre parlent des difficultés, du courage et de l’ardeur de l’armée, ils racontent aussi des actes d’éclats inimaginables, des blessés déjà revenus en Angleterre sont aussi venus parler au micro. (…) Ici, l’excitation est un peu tombée; pourtant nous espérons que la guerre sera enfin terminée à la fin de l’année, il serait temps ». Bayeux n’entre pas dans le vie d’Anne Frank au cours d’une visite d’agrément, elle n’y est jamais venu, n’y viendra jamais, et pense même qu’il s’agit d’un village de bord de mer.

Pour Anne Frank, Bayeux est beaucoup plus qu’une ville qu’on visite, dont on arpente nonchalamment les rues, son nom devient pour quelques jours celui de l’espoir, du courage et de la liberté. Anne Frank fête ses quinze ans trois jours après. Deux mois plus tard, au matin du 4 août 1944, l’Annexe est découverte par la police allemande. Le 3 septembre 1944, le groupe fut déporté avec ce qui fut le dernier convoi de Westerbork pour le camp d’extermination d’Auschwitz. Sur les 110 000 Juifs déportés des Pays-Bas pendant l’occupation nazie, seuls 5 000 ont survécu. Anne Frank ne fut pas de ceux-là.

Partager cet article